Accéder au contenu principal

SEVENTEEN

Le phénomène KPop

Alors que l’industrie de la KPop ne cesse, chaque année, d’agrandir l’immense famille formée par les dizaines de protégés des grands labels – les anciens groupes se faisant peu à peu évincer par les nouveaux venus -, certaines formations jouent néanmoins les bonnes cartes et parviennent à se démarquer.

C’est le cas de « SEVENTEEN » (세븐틴), un boysband ayant débuté officiellement en mai 2015 sous le label Pledis Entertainment et qui a, dès ses premiers pas, suscité un grand intérêt au sein de la pléiade d’amateurs du genre, en Corée du Sud comme à l’étranger. Aujourd’hui, leur chaîne Youtube officielle comptabilise près de 1 300 000 abonnés, avec 2 millions de vues minimum sur chacun de leurs clips… Chiffre que le plus récent – « 울고 싶지 않아 » (Don’t wanna cry), sorti il y a à peine plus d’une semaine – a atteint en seulement quelques jours.

Il faut dire que « SEVENTEEN » (세븐틴)  avait, avant même ses débuts, mis toutes les chances de son côté afin de faire une entrée remarquée.

Composé de treize jeunes hommes tous nés entre 1995 et 1999, le groupe est plus « jeune » que la moyenne, comportant uniquement des membres dont l’âge équivaut à celui des consommateurs. Voici un bon moyen d’attirer l’attention, d’autant plus de créer une dépendance, car cette sensation de proximité les rend plus accessibles… Tout du moins, en apparence.

Mais il ne s’agit pas du seul atout de « SEVENTEEN » : la diversité y est aussi pour beaucoup. En effet, le nombre élevé de garçons permet une large variété de styles, une possibilité fortement exploitée ici afin de correspondre à tous les goûts. Sans surprise, ce sont les sujets les plus atypiques qui auront le plus de succès : JeongHan et Vernon. Le premier porte généralement les cheveux longs et a un visage androgyne (il est d’ailleurs souvent comparé à Ren de « Nu’est »), quant au second, il est très apprécié de par ses origines américano-coréennes.

Enfin, le succès immédiat du groupe a principalement été dû à une émission de télé-réalité lancée en 2012, dans laquelle le public avait eu tout loisir de découvrir ces futures idoles, à l’époque encore très jeunes, qui étaient alors filmés dès leur réveil et durant leurs entraînements. Cette technique marketing mise en place par le label a permis aux futurs fans de se sentir plus proches des artistes, car ils ont ainsi pu s’immiscer, d’une certaine manière, dans leurs vies, et les voir évoluer.

Sur le plan musical, artistique en général, la formation aime se dire divisée en trois catégories : la « team vocal », la « team hip hop » et la « team performance ». Une façon subtile de faire comprendre que certains membres ont leurs points forts, – chant, danse ou rap – comme c’est le cas dans tous groupes de pop coréenne… Où, en réalité, chaque membre excelle dans les trois domaines.

En règle générale, « SEVENTEEN » (세븐틴) favorise les fonds musicaux rythmés, néanmoins instrumentalisés, d’un style frais et enjoué, le tout parachevé de chorégraphies extrêmement travaillées et plutôt innocentes, bon enfant, qui collent parfaitement à l’âge moyen de la formation (que l’on aurait tendance à oublier après le travail effectué par les stylistes et les maquilleurs).  Les images de leurs clips évoquent donc, sans que cela ne soit étonnant, davantage un groupe d’enfants jouant dans une cour de récréation qu’un boysband sexy cherchant à charmer son public féminin.

Les membres de la formation n’ont, cela étant, pas peur de toucher à tout, faisant ainsi montre de leur talent et de leur polyvalence.

Par exemple, dans « 붐붐 » (BOOMBOOM), ils optaient pour un concept plus sérieux, plus mature, n’hésitaient pas à s’allier avec « Ailee » le temps d’une chanson (ndlr : Q&A), et allaient même jusqu’à relever des défis de danse sur des chorégraphies féminines, toujours dans une ambiance simple et amicale.

En conclusion, que cela soit sur scène, aux côtés de groupes tels que EXO ou BTS, dans les écoles – où en parlaient toutes les lycéennes -, ou encore sur les ondes, qui n’en finissaient plus de diffuser leurs chansons en boucle, les jeunes hommes ont immédiatement plu et attiré tous les regards. Aujourd’hui encore, ils semblent tout avoir pour continuer de réussir, leur naturel innocent leur permettant de continuer de se démarquer.

Un immense succès et un nom figurant parmi les plus grands, tel est le futur qui attend probablement les treize coréens, dont l’authenticité a su séduire.

Sources :
http://seventeen-17.com/
https://www.youtube.com/user/pledis17
https://www.facebook.com/seventeennews/