Accéder au contenu principal

PIGSTAR

Nombreux sont les artistes qui doivent leur succès à un titre devenu très populaire, de même que nombreuses sont les chansons renommées ayant laissé leurs créateurs dans l’ombre. Si l’anime « Junjou Romantica » a su conquérir les mordus du genre « yaoi », il semble qu’il en ait été de même pour les openings des saisons 1 et 2… Et derrière ces titres d’introduction se cache le groupe « Pigstar » (ピッグ スター).

Le quatuor, composé de Tomonori Sekiguchi (chant, guitare), Ryoji Sekiguchi (basse, chœurs), Takayuki Watanabe (guitare, piano) et Yoshikazu Kamata (batterie), a débuté en 2005, et a, jusqu’ici, sorti 4 mini albums et 3 singles, dont « Kimi=Hana » et « Shoudou (Junjou Romantica) », ce dans le courant des années 2007 et 2008.

La formation s’avère malgré tout assez méconnue, aussi les informations à son propos sont extrêmement rares sur le net, à tel point qu’il est difficile de savoir si, étant silencieuse depuis 2009, elle est ou non toujours d’actualité. Par ailleurs, nous pouvons imaginer qu’elle a cessé ses activités aux environs de l’an 2010, puisque son site officiel se nomme aujourd’hui « Darwwwin », ce qui, à priori, fait référence à la carrière solo entreprise par le vocaliste.
Néanmoins, en l’espace de presque cinq ans, le quartette Japonais nous a laissé de quoi apprécier son talent et sa sensibilité : un certain nombre de pistes pop rock, favorisant parfois l’un des deux styles ou les alliant afin de créer le parfait équilibre. Et si « Pigstar » ne se démarque pas vraiment de ses homologues, précédé par un visuel basique et une identité musicale discrète, c’est bel et bien ce style simple qui fait son charme. Les mélodies « minimalistes », agrémentées de la voix particulière du chanteur, n’en sont que plus harmonieuses et charmantes, quant aux paroles, souvent axées sur le romantisme, elles ont la particularité non-négligeable de permettre une large interprétation, se détachant ainsi du classique « récit fleur bleue » devenu banal.

Avec de jolies balades telles que « With you » ou encore « Gore », ainsi que des morceaux plus « agressifs » comme « Eien no Sonzaisha» ou « Keikikyuu », « Pigstar » est de ces groupes dont il est toujours bon de posséder quelques pistes dans sa liste de lecture.

En conclusion, « Pigstar », s’il ne sort pas spécialement du lot, n’en reste pas moins appréciable et agréable, sa douceur et sa sincérité nous exhortant à nous y laisser aller à notre tour. Un moyen efficace de freiner le temps, pour nous offrir un moment de détente lors de nos pérégrinations au cœur de la société stressée qui est la nôtre.

Sources :
http://www.pigstar.jp/
http://pigstar.pixnet.net/album/